Michel Dupart contre la violence

Michel Dupart, responsable local du nouveau centre nous livre dans une tribune ses réflexions sur la montée de la violence dans notre région
Violences, et ça continue…
Les événements qui se sont produits ces dernières semaines dans les Yvelines, le Pas de Calais, l’Isère et le Loir-et-Cher marquent une escalade de la violence. Les premiers à en faire les frais sont les habitants des banlieues sensibles, les Français moyens qui se font agressés et les représentants de l’état, Police, Gendarmerie, Justice, Mairie, Infirmières….
Que se passe-t-il? Quel enseignement en tirer? Dans toutes les entreprises de France lorsqu’il y a une erreur on fait un constat et des actions correctives sont mises en place.
Que se passe-t-il en France au sujet de la délinquance.
Tout d’abord il est utile de rappeler qu’il n’y a pas une délinquance mais des délinquances. Que ce qui est vraie pour lutter contre la grande criminalité, le terrorisme la violence routière ne le sera pas automatiquement contre les agressions aux personnes.
En sept ans, 17 lois, ont été promulguées. Les moyens de vidéo surveillance ont été très largement encouragés et ont participés à l’élucidation d’affaires. Mais si les résultats globaux sont bons (-2,3% en 2009) ils restent à prendre avec prudence parce que toutes les délinquances ne reculent pas. Il faut noter que les violences faites aux personnes, les violences les plus visibles les plus fréquentes celles qui marquent le plus la population au quotidien, ces violences là augmentent.
Ce serait trop fort de parler d’échec. A tout le moins on peut dire que les orientations stratégiques du tout vidéo et la réorganisation Police Gendarmerie sont insuffisantes pour assurer la prévention des comportements violent envers les personnes.
Filmer un voyou agresser une femme dans la rue ou un gendarme sur la voie public, la belle affaire. La victime demande d’abord et surtout à ne pas être agressée. Et si il malgré tout il y a agression il faut pouvoir identifier les délinquants et les arrêter.
Alors que manque-t-il?
Dire comme Le Président de la République, que ce n’est pas acceptable c’est bien, atteindre l’objectif de faire baisser les violences aux personnes c’est mieux.
Deux axes pour lutter contre les violences.
Il faut instaurer le « Gagnant /Gagnant.
Le volet préventif, l’Education, l’Education et encore l’Education… Il faut mettre en place un vrai plan de formation des jeunes des banlieues sensibles et sortir les délinquants et perturbateurs des classes. Les perturbateurs doivent être encadrés par petits groupes et entourés d’une discipline de fer.
Le volet répressif. Il faut augmenter considérablement les policiers sur le terrain et entre autre la nuit. Une police de proximité couplée à des comparutions et condamnations immédiates et sévères doivent être mises en place en même temps que la vidéo.

La grande Armée de Napoléon c’est fait décimer pendant la retraite de Russie par les harcèlements de petites troupes qui pratiquaient la guérilla. La stratégie des hélicoptères, du GIPN et du transport massif (mais provisoire) de troupes n’est pas la bonne. Il est temps que les stratèges policiers le reconnaissent et changent leur approche.
Michel Dupart

Publicités