Frédérik Bernard après le premier conseil des ministres du gouvernement Jean-Marc Ayrault 1.

Jean-Marc Ayrault

« La moralisation de la politique c’est maintenant. Parité. Charte déontologique. Baisse de 30% de la rémunération de l’exécutif.Changement. »

Publicités

3 réflexions sur “Frédérik Bernard après le premier conseil des ministres du gouvernement Jean-Marc Ayrault 1.

  1. A peine installés, les socialistes commencent à ruiner la France.
    Les ex-secrétaires d’état nommé par Sarkozy sont remplacés par des Ministres délégués. De trois conseillers en moyenne chaque cabinet passe à 10, d’un huissier à mi-temps ils passent à trois à plein temps et en brigade, sans parler des secrétaires….
    Beau tour de passe passe alors qu’on nous annonce une baisse de 10% des budgets ministériels.

    Cela sent le copinage à plein nez juste pour ramasser du fric juste avant les Législatives… au cas ou…

  2. Et les anciens présidents ! Une réforme est nécessaire sur ce point ! D’en environ 3 ans, cela fera 3 anciens présidents à la retraite. Faites les calculs avec le coût des loyers et des personnels à la charge de la République. C’est une loi de finances datant de 1955 qui fixe le montant annuel auquel un ancien chef de l’Etat peut prétendre après son mandat (à partir de 60 ans). Celle-ci s’élève à 63 000 euros brut par an, soit 5 250 euros par mois, quel que soit le nombre de mandats. l’ancien chef de l’Etat bénéficie, après son mandat, d’autres avantages en nature : il peut conserver, jusqu’à la fin de sa vie, un garde du corps, une voiture et un bureau pour son secrétariat. L’association « Sauvegarde retraite », qui milite pour une réforme complète du système de retraite français, rappelle également que les anciens présidents cumulent les retraites de nombreux autres mandats. Le groupe de pression a récemment calculé les pensions des deux anciens présidents. Jacques Chirac arrive en tête avec un montant total de 31 000 euros brut par mois. Depuis qu’il siège au Conseil constitutionnel (de 1981 à 2004, il avait décidé de ne pas y siéger pour conserver toute liberté de parole), Valéry Giscard d’Estaing le suit de près avec un peu plus de 30 000 euros brut par mois. http://www.linternaute.co m/actualite/politiqu e/retraites-politiques/president -2.shtml

Les commentaires sont fermés.