Les candidats de la douzième prennent position sur le prolongement de la Francilienne.

les responsables du COPRA lors de la conférence de presse.

Le « Courrier » de ce jour nous rend compte d’un sondage effectué sur le projet de prolongement de la Francilienne de Méry à Achères puis à Orgeval et de la position des candidats à la députation sur ce projet.

Sur 402 personnes interrogées par l’IFOP, 71 % des riverains disent non.

Ce sondage a été réalisé pour le COPRA (Collectif pour la Protection des Riverains de l’Autoroute A 104 )

Trois candidats ont signé la résolution du COPRA:

Frédérik Bernard (PS), Sophie Renard (Europe Ecologie Les Verts) et Michèle Valladon (Front de Gauche)

Deux candidats ont pris position (contre) mais n’ont pas signé la résolution:

Jean-Patrick Abelsohn (Yvelines Décroissance) et David Douillet (UMP)

Publicités

7 réflexions sur “Les candidats de la douzième prennent position sur le prolongement de la Francilienne.

  1. Je partage avec mes camarades d’Yvelines Decroissance une position de refus du prolongement de l’A104. C’est une position que nous avons exprimée sur notre site depuis de nombreux mois. Nous demandons l’abandon du prolongement de l’A104 qui serait un signal fort pour montrer l’abandon du tout automobile et amorcer une réflexion globale sur les déplacements.Voir : http://yvelines-decroissance.eklablog.fr/yvelines-decroissance-non-a-l-a104-non-a-la-bagnole-a3438016

    Toutefois nous ne pouvions être signataires telle quelle de la « Résolution ». de la COPRA.
    Nous nous questionnons en effet sur ce que recouvre la demande de libération
    « des emprises foncières correspondantes aux tracés « rouge » et/ou « vert », vieilles de quarante ans et obsolètes au regard de l’urbanisation qui s’est faite à leurs abords depuis plusieurs décennies, démontrant ainsi la sincérité de la décision d’annulation ci-dessus, restituant ainsi aux collectivités locales la maîtrise de leurs plans d’urbanisation locaux dans le contexte de la régionalisation, »
    si elle n’est pas assortie d’un engagement de plus de concertation pour ce qui concerne l’utilisation des espaces fonciers que la « résolution » semble affecter, comme si cela était naturel, à l’urbanisation.
    La question ne nous parait pas devoir se poser et être tranchée entre le développement de voies rapides ou le développement de l’urbain puisqu’il s’agit de modes d’appropriation du foncier qui relèvent trop souvent d’un déni des richesses naturelles des territoires et des manières d’y vivre ensemble.

    Avec mes salutations

    Jean-Patrick Abelsohn
    Yvelines Décroissance
    Candidat Législatives 2012 – 12eme circonscription des Yvelines

  2. Si les 10 chantiers de la Décroissance étaient des options portées par les « Verts » alors il ne serait pas nécessaire d’essayer, très modestement, de faire entendre notre petite voix.

    1. Valoriser l’expérimentation locale, associative et collective, encourager le bon usage. Faire évoluer le rapport à la propriété et au partage des richesses. Construire une politique de « ménagement du territoire » au service des individus. Améliorer la coopération entre départements.
    2. Inciter la population à privilégier les transports doux (vélo et marche à pied) ou collectifs en augmentant les dessertes des bus (dont scolaires) et en pratiquant une politique tarifaire attractive. Aménager les trottoirs et les rues pour les personnes handicapées. Créer des services de co-voiturage et de voitures partagées. Mais, surtout, amorcer une réflexion globale sur les transports.
    3. Développer une agriculture paysanne (biologique et de proximité) qui protège l’environnement et enrichit la vie rurale, en facilitant la mise à disposition de terres cultivables. Rechercher l’autonomie individuelle et locale par les jardins partagés, la mise en place de réseaux et les circuits courts, grâce aux subventions accordées aux associations et aux communes. Permettre aux collèges de préparer les repas de cantine à partir d’aliments biologiques locaux.
    4. Mettre en œuvre des plans de réduction de la consommation d’énergie notamment dans les collèges, encourager la production locale d’énergie avec le fond d’aide à l’énergie. Agir pour le recyclage et le tri à la source des déchets ménagers.
    5. Promouvoir la mise en place d’une dotation inconditionnelle d’autonomie (DIA), à travers des droits de tirage sur les services publics, regroupant également les différentes activités de l’aide sociale, et aussi la santé (avec un suivi médical de prévention), la culture (par la gratuité des musées et bibliothèques, l’animation des monuments, une réelle politique de soutien aux artistes qui permettent à tous d’accéder aux théâtres et opéras), les transports, l’énergie, l’eau, la nourriture, l’accès au foncier, l’information, et la formation.
    6. Concevoir des conférences au niveau départemental sur l’innovation sociale et écologique en particulier sur les expériences coopératives, l’habitat partagé, l’économie sociale et solidaire et la limitation des revenus.
    7. Relancer la « production » de biens basés sur les échanges relationnels et conviviaux par le soutien ou la création de monnaies locales et régionales, de Systèmes d’Echanges Locaux, de groupement d’achats et de banques du temps.
    8. Encourager une croissance de la richesse des rapports humains en soutenant la transmission des savoir-faire traditionnels locaux. Aider les pédagogies alternatives. Augmenter l’offre des enseignements artistiques. Soutenir les initiatives d’auto-construction dans le domaine de l’habitat (par, entre autres, le fond de solidarité pour le logement).
    9. Réorienter la recherche et la formation vers la transition écologique et créer des filières dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie, de l’habitat, des transports, de l’artisanat et du tourisme écologique.
    10. Permettre aux citoyens de s’impliquer réellement dans les instances de démocratie participative, organiser rencontres et débats. Œuvrer contre l’agression publicitaire et soutenir la mise en place de médias locaux indépendants.

    Amitiés et salutations solidaires
    Jean-Patrick Abelsohn
    Candidat « Yvelines Décroissance » 12 eme circonscription des Yvelines.

  3. Que préconisez vous M. Abelsohn, pour relier les vastes projets d’urbanisation au sud de Poissy, repris par la municipalité PS, en cours d’enquête publique, avec la Boucle de Chanteloup, et avec le nord de la ville, PSA, Achères et Conflans, notamment si ce groupe de communes venait à constituer une intercommunalité. Un transit supplémentaire en centre ville étant exclu pour assurer un temps de déplacement « normal » et une vie normale des riverains de centre ville.
    Je parle du déplacement des actifs, des utilitaires, des poids lourds et même des Bus interville ou ne passant pas par la gare de Poissy, comme celà est prévu ?

    Que préconisez vous: un canal en pente puis la Seine, un téléphérique, ou le vélo ?
    Envisagez vous de nuire très longtemps par des prises de position qui traduisent une connaissance médiocre des problèmes, à l’immense majorité des habitants de Poissy ?

  4. 71 % des riverains disent non ? C’est un score très faible, qui montre que plus de 30 % directement concernés ont encore le sens de l’intérêt général. Ce sont certainement des travailleurs dépendant de déplacements en voiture ou en bus longue distance, ou qui perdent un temps infini pour rejoindre une gare. Merci à eux pour leur intelligence. Ils portent les autres à bout de bras.

    Ce projet n’est pas local, et il est concevable que des riverains locaux n’y soient pas favorables.

    ll n’y a d’ailleurs pas de véritable riverain du projet, contrairement aux affirmations et aux dessins grotesques du Copra –

    Ce midi, j’ai déjeuner SUR l’A14 à Carrières sur Seine – on y vit très bien bien.
    90 % des riverains de Roissy CDG souhaitent sa fermeture. Et après, celà veut dire quoi ?

Les commentaires sont fermés.