Karl Olive interpelle le préfet sur l’emploi.

Séance du conseil général de vendredi en présence du préfet Michel Jau, et Alain Schmitz, président du conseil général.Question.

Monsieur Karl Olive : Les outils de retour à l’emploi – Apprentissage et alternance

Monsieur le Préfet,

A la fin du mois de mars 2012, la France comptait un peu plus de 2.800.000 demandeurs d’emploi de catégorie A, soit 9,6% de notre population active.

A y regarder de plus près, il s’avère que les besoins de main d’œuvre dans notre pays oscillent entre 21 et 22%, c’est-à-dire 600.000 emplois non pourvus.

Dans notre Département, l’emploi a toujours été l’un de nos premiers combats. J’en veux pour preuve les « bons » résultats des Yvelines, département qui demeure le moins impacté d’Ile-de-France au 4ème trimestre 2011 avec un taux de 6,8% quand la moyenne francilienne flirte presque 2 points au-dessus.

Il n’en demeure pas moins que chez nous aussi, les emplois non pourvus ne sont pas neutres et représentent 28750 demandes de main d’œuvre.

Ne croyez vous pas qu’il faille aller plus loin dans la communication des outils mis à disposition par Pôle Emploi pour l’embauche de jeunes et moins jeunes dans nos entreprises ?

Ne pensez-vous qu’il est définitivement indispensable de considérer l’apprentissage et l’alternance comme un passeport pour l’emploi et non comme une voie de garage, trop souvent considérés comme une solution par défaut ? Nos voisins allemands nous démontrent tous les jours le contraire.

Publicités

3 réflexions sur “Karl Olive interpelle le préfet sur l’emploi.

  1. Bien entendu, présenter dans son CV quelques années d’apprentissage ou d’alternance donne un plus considérable au candidat. Notamment chez les recruteurs qui attachent plus d’importance aux qualités personnelles et au potentiel d’évolution, qu’à l’étiquette de telle ou telle école.

    Mais Il y a un drame qui se joue actuellement dans les structures qui contribuent au retour à l’emploi. Le FSE, Fonds social Européen – par sa représentation administrative régionale en France -, est en train de faire crever des opérateurs locaux dans toute l’Ile de France et ailleurs, en ayant, au moment du contrôle financier sur des opérations déjà anciennes, des exigences qu’il n’avait pas posées lors de l’attribution de ses concours.

    Et de toute façon, même si il ne remet pas en cause son concours a posteriori, il ne paye que très tard, trop tard pour beaucoup de structures.

    La gestion de ces fonds européen a créé une technostructure assez inquiétante, qui par ailleurs consomme des ressources au détriment de ceux qui en ont besoin.

  2. Pingback: En séance / le Préfet des Yvelines répond aux questions des élus – Ensemble pour les Yvelines

Les commentaires sont fermés.