Karl Olive: « Se battre pour notre fleuron pisciacais »

L’annonce de la fermeture du site d’Aulnay n’est malheureusement pas une surprise. Elle stigmatise les résultats d’une concurrence féroce de l’industrie automobile en Europe, continent saturé, et dans les pays émergents. A l’heure où Poissy pourrait accueillir 1500 collaborateurs d’Aulnay, il est primordial de se battre pour l’emploi en cité Saint-Louis. Plus que jamais, j’encourage le Conseil Général à maintenir ses aides en direction de l’automobile. A Poissy, comme à Flins, comme à Vélizy, c’est une question de survie…

A peine connue la mauvaise nouvelle de la fermeture du site d’Aulnay sous Bois, le gouvernement socialiste a brandi le chiffon rouge : « C’est le résultat d’une mauvais politique de la droite ! On ne donnera plus aveuglément des aides financières sans contrepartie!». Ce discours, on l’entend depuis quatre ans de la part de nos dirigeants locaux… Les pisciacais voient le résultat.

Les employés, les sous-traitants à Aulnay comme à Poissy apprécieront ! La filière automobile réclame soutien plutôt que leçon de morale. Le site de Poissy usine devrait accueillir 1500 collaborateurs d’Aulnay, dans le cadre de leur reclassement. Loin de nous l’idée de s’en gargariser, bien au contraire. Il nous faut mettre les bouchées doubles pour se battre tous ensemble pour le site de production de Poissy et le pôle tertiaire. 48% de notre population pisciacaise est directement ou indirectement concerné par l’emploi chez Peugeot-Poissy.

Voilà pourquoi j’appelle la municipalité à redoubler d’efforts pour permettre à PSA Poissy de se développer. Son histoire se confond avec la cité Saint-Louis. Je vais me battre de toutes mes forces pour que le Conseil Général maintienne son aide financière dans son appui à la filière automobile. « Ce n’est pas parce que le coq a les pieds dans la m…, qu’il ne faut plus protéger ses cordes vocales ! ».

Publicités

4 réflexions sur “Karl Olive: « Se battre pour notre fleuron pisciacais »

  1. Ah si on l’avait pas l’Olive il faudrait l’inventer. Il est presque aussi drôle et pathétique que le RB……Ils devraient se mettre ensemble mais l’enfant on n’en veut pas………….

  2. Il est indéniable que le soutien doit être renforcé. Mais que faire d’autre. Il faut rester dans le factuel et comme le souligne le quotidien Le Figaro http://www.lefigaro.fr/so cietes/2012/07/12/20 005-20120712ARTFIG00243-pourquoi-psa-connait-une-telle-descente-aux-enfers.php « Fragilisé par sa petite taille, trop faible à l’international, le groupe est pénalisé par le recul du marché européen et paie des années de retards stratégiques ». Ce groupe n’a pas anticipé assez tôt les nouvelles technologies, ses produits à la vente sont trop élevés et la création de « gros modèles » contrairement à Renault. Le Président VARIN vient de confirmer aussi le déplacement des salariés d’Aulnay sur Poissy sous couvert de revitalisation ! Il est effectivement inadmissible qu’une société qui a bénéficié de l’aide de tous les contribuables français privilégie les actionnaires au dépend de 8000 salariés et intérimaires qui sont à rajouter à cette charrette ! Comment expliquer aussi le doublement de la production à Aulnay et ce plan de licenciements ? Quelle attitude de la Famille Peugeot, 1ère actionnaire, exilée fiscale ?

  3. Les contribuables se font virer après avoir payé………..avec Mr Olive, qui a payé continue de payer avec l’aide du conseil général. On nous prend pour des moutons de panurge ?????

Les commentaires sont fermés.