Communiqué de presse du COPRA: « le dossier de l’Etat avance sournoisement! »

 

 

Projet A104 de « Prolongement de la Francilienne dans l’ouest parisien »

 


Malgré tout ce qui se dit, le dossier de l’Etat avance sournoisement !

Le CO.P.R.A. 184 a découvert que, suite à l’appel d’offres lancé par l’Etat en décembre 2012 sur la « Réalisation des études du prolongement de la Francilienne (A104) entre Méry-sur-Oise et Achères, en vue de l’enquête publique (départements 78 et 95) », le marché a été attribué à l’opérateur économique suivant :

SNC Lavalin / Stratis / MVA Consultancy situé à Reims, 16 cours JB Langlet.

Cette attribution a été publiée par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM) dans le site internet des « marchés publics et privés » le 27/ 07/12.

La valeur totale finale de ce marché est de : 979 350 euros.

Ces informations sont consultables à l’adresse suivante :

http://www.ouestmarches.com/les-marches-publics-et-prives/detail/Realisation-des-etudes-du-prolongement-de-la-Francilienne-A104-entre-Mery-sur-Oise-et-Acheres-en-vue-de-l-enquete-publique-departements-78-et-95–Meeddm-PARIS-75732/171180

Le marché comporte une tranche ferme et une tranche conditionnelle définies ci dessous:

Tranche ferme: études préalables à l’enquête publique, assistance à la maîtrise d’ouvrage pour la concertation à mener jusqu’à l’enquête publique, dossier des études préalables à l’enquête d’utilité publique, dossier d’enquête d’utilité publique, dossier des engagements de l’Etat, dossier du programme de l’opération pour le prolongement de la Francilienne entre Méry-sur-Oise et Achères.

Tranche conditionnelle: étude de trafic pour le prolongement de la Francilienne entre Méry-sur-Oise et Orgeval.

Cela signifie quel’Etat continue d’avancer sournoisement sur le dossier A104 sans en avertir ni les populations concernées ni les associations qui doivent être légalement tenues au courant des évolutions du projet.

De plus, cette étude confirme que l’Etata pris la décisionde limiter le prolongement de l’A104 à Achères et donc de procéder par phasage de l’ouvrage, ce qui rend caduques toutes les études précédentes sur le trafic et les intérêts socio-économiques liés à l’ouvrage.

Mais à ce jour,nos demandes de RV auprès du Ministre délégué aux Transports, monsieur Frédéric Cuvillier, faites en juin 2012 et réitérées à plusieurs reprises en septembre et octobre derniers, sont restées sans réponse.

Le CO.P.R.A. 184 appelle tous les Elus (Maires, Conseillers régionaux, Conseillers généraux et Députés) à refuser le piège qui consisterait à réaliser l’autoroute de Méry-sur-Oise à Achères et qu’ensuite, au sud d’Achères, le flux des 120 000 véhicules/jour emprunte la voirie locale des communes voisines (Carrières-sous-Poissy, Triel-sur-Seine, Verneuil, Vernouillet, Médan, Orgeval …) en apportant alors des nuisances sonores et une pollution olfactive insupportables pour les populations.

Le CO.P.R.A. 184 demande expressément que la somme engagée, soit près d’un million d’euros, ne soit pas dépensée en pure perte pour cette étude d’un tronçon autoroutier qui ne sera, en aucun cas, un « prolongement » et encore moins un « bouclage » de la Francilienne et qui par conséquent, ne répondra donc pas aux objectifs assignés à l’ouvrage lors du débat public de 2006.

Le CO.P.R.A. 184 dit :

NON à l’A104 en zones urbanisées de Méry-sur-Oise à Orgeval.

NON à l’A104 limitée à Achères et prolongée par la voirie locale.

(Liaison RD30 / RD190 et Pont d’Achères / RD 154)

OUI à une remise à plat du projet A104

pour l’étude d’un tracé en zones NON urbanisées.

Publicités

Une réflexion sur “Communiqué de presse du COPRA: « le dossier de l’Etat avance sournoisement! »

  1. Le COPRA par sa démagogie politique, et les élus locaux qui l’ont soutenu de près ou de loin par des discours équivoques, sont seuls responsables du phasage du projet, de l’augmentation considérable de son coût par un choix de tracé tortueux, ET DES NUISANCES APPORTEES AUX HABITANTS DE LA BOUCLE ET CONSERVEES POUR CEUX DE POISSY.

    Le tracé ne se situe pas en zone urbanisée, mais c’est aujourd’hui que le trafic routier s’écoule dans les centre-villes. il apporte pour demain une amélioration considérable et répond aux projets d’urbanisation et de maintien de l’industrie en Val de Seine.

Les commentaires sont fermés.