Richard Bertrand (MODEM) persiste et signe !

Etre au centre de l’échiquier politique c’est quoi ?

 

C’est croire en une société apaisée ou l’humain est au cœur des préoccupations et arrêter d’opposer des blocs en imaginant que l’un d’entre eux à la solution miracle car c’est faux. C’est l’addition de ces forces qui est la seule solution.

 

Nos détracteurs disent de nous que nous sommes des girouettes incapables de prendre position. Bien au contraire, nous sommes à l’écoute des autres toujours prêt à accepter de discuter avec un camps adverse quand une idée est bonne. Nous ne restons pas arcbouté sur une vision dogmatique mais essayons en permanence de trouver la meilleure solution à un problème en nous remettant en question.

 

Forcément cette façon de penser, de vivre, est déroutante car elle n’est pas binaire. Mais la vie n’est pas binaire et heureusement !

 

Car finalement qui à raison dans ses choix politiques ? tous le monde et personne car nos choix sont guidés par notre éducation, nos rencontres, nos vies, nos envies et comme nous avons tous et toutes des parcours différents il est normal que nous pensions différemment.

 

Pour les élections présidentielles, forcément au premier tour j’ai soutenu de toutes mes forces la candidature de François BAYROU car il est pour moi le seul à avoir une vrai vision pour notre pays sans populisme racoleur, mais force est de constater que nous n’étions pas assez nombreux pour le porter sur le podium du second tour.

 

Aujourd’hui il faut faire un choix. Voter pour le candidat PS, le candidat UMP ou voter blanc. Le choix de François BAYROU s’est tourné vers le PS.

 

En temps normal j’aurai voté blanc car ce combat PS/UMP que nous vivons depuis 30 ans nous a amené à la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, sauf que l’heure est grave. Notre pays est entré dans une période de récession que personne n’avait prévu et personne ne peut en prévoir la date de sortie. Voter blanc serai une façon de ne pas prendre position alors qu’en période de grave crise il faut le faire, c’est un devoir !

 

Il me reste donc le choix de voter pour François HOLLANDE ou pour Nicolas SARKOZY.

 

Le premier n’a jamais eu de fonction ni de rôle à jouer dans la gouvernance d’un pays ce qui lui permet de dire qu’il n’est pas responsable de la situation mais par contre il véhicule des idées que j’ai découvert de l’intérieur depuis 2008 pour avoir fusionné avec le PS lors des élections municipales de Poissy. Je pensais avoir affaire à des hommes et des femmes avec un vision et me suis rendu compte très rapidement que leurs discours n’étaient que manipulation populistes pour injecter un virus idéologique afin d’en retirer le maximum d’avantage. Cette façon de faire de la politique me fait vomir. Est-ce lié aux personnalités locales ou bien est ce une marque de fabrique, je ne sais toujours pas, mais comme disait Zarathoustra « dans le doute abstiens toi »

 

Le second est une machine de guerre politique, en place depuis des années et donc ayant participé à la situation grave dans laquelle la France se trouve aujourd’hui. Mais il a le courage de ses opinions et ose prendre des risques quitte à déplaire. Gouverner un pays lors d’une crise économique sans précédent n’est certainement pas une chose facile et depuis 2007 il à du faire face à de grosses tempêtes. Il est à mes yeux celui des deux qui à le plus de cran, d’énergie et de force pour redresser la barre car en période de guerre il faut des soldats. Quant à l’UMP, je côtoyes ses troupes depuis des années et pour l’instant je n’ai jamais été trahis par aucun d’entre eux. Certains sont fourbes mais je les connais, quant aux autres lorsqu’ils prennent des engagements il s’y tiennent sans faux semblant.

 

Voilà pourquoi, je reste CENTRISTE mais je voterai pour Nicolas SARKOZY dimanche 06 mai.

 

Je vous demande d’en faire autant !

 

Richard BERTRAND

www.richard-bertrand.fr

06 14 54 09 44

« FN le 6 mai: la liberté de vote »

« A l’issue d’un très beau défilé le 01 mai place de l’Opéra à Paris et devant une assistance très nombreuse Marine LE PEN a donné son analyse du 1er tour de la présidentielle et son choix personnel pour le 2ème tour.

Pour le 6 mai elle laisse la totale LIBERTE de vote à ses 6,5 millions d’électeurs du premier tour.

A titre personnel elle vote BLANC parce que sur les grands sujets qui paraissent essentiels, incontestablement NICOLAS SARKOZY et FRANCOIS HOLLANDE sont sur la même ligne; ils sont tous les deux mondialistes, pour un fédéralisme européen. Cela signifie la fin de la nation française telle que nous la connaissons.

Je partage cette analyse, je voterai également BLANC.

 

BERNARD HUET, candidat FN dans la douzième »

Union locale CGT: mobilisation.

L’union locale CGT de Poissy était hier dans la rue avec selon le syndicat 250.000 personnes.

2 cars sont partis du local de la CGT pour la place Denfert Rochereau. Vers la Bastille.

Selon le permanent présent aujourd’hui au local qui à 78 ans n’en n’est pas à sa première manifestation «  Une preuve du nombre que nous étions: nous sommes restés une heure et demi place Denfert Rochereau avant de pouvoir partir vers la Bastille. Et nous sommes restés cinq heures dans la rue. »

« Dans la foule, il y avait beaucoup de jeunes dont certains ont adhéré au syndicat »

Notre interlocuteur n’a pas souffert de la présence des politiques en queue de cortège.

« Quelque soit le prochain président, il faut rester mobilisé. Sur des thèmes connus: suppression des licenciements, smic à 1700€, maintien du montant de la retraite »

Et le vieux militant n’a pas peur de dire qu’il votera pour Hollande.

J. F. Raynal: « Il est en train de se passer quelque chose »

Il était à la « manif » de Sarkozy place du Trocadéro.

C’en était même un des organisateurs. En sa qualité de secrétaire départemental pour les Yvelines de l’UMP.

J.F.Raynal, conseiller général du canton de Poissy Nord, vice-président du conseil général des Yvelines a été frappé par 2 Choses: « la foule et le discours du président-candidat ».

« Il y avait 22 bus. Seulement pour les Yvelines. La place du Trocadéro pleine. Un monde fou. Une foule comme on n’a pas l’habitude d’en voir. Avec des militants. Des sympathisants. Mais aussi des Français ordinaires. Venus souvent en famille. C’était très impressionnant! »

Et le discours du président: « Cela a été un moment très fort. Avec un vrai projet social pour la France. Un programme fort pour l’Europe. »

« Je suis encore plus optimiste. Il est en train de se passer quelque chose. La décision de dimanche en surprendra plus d’un… »