le divin nectar

ici on vend le Noyau de Poissy

Le Noyau de Poissy, le divin nectar, vert ou jaune, distribué uniquement dans la région date de la fin du dix-septième siècle.
C’est à une femme, Mme Suzanne que l’on devrait en 1698 l’invention de notre liqueur régionale.
Au siècle suivant elle était distribuée par les auberges et hôtelleries proches du Marché aux Bestiaux, l’ancêtre du marché de Poissy.
Ce n’est, après diverses péripéties, que dans les années 1900 Joseph Duval dépose la marque du Noyau de Poissy.
Un concurrent lance en 1923 le « Noyau de Poissy au gobelet d’argent ».
Ce n’est qu’en 1954 que M.Duval rachète son concurrent.
Trois générations de Duval se succèdent.
Enfin en 1999, le Noyau est racheté par la société Pagès-Ducresse.
La distillerie située d’abord au dix-huitième siècle à l’angle de la rue du général de Gaulle émigre aux Alluets-le-roi, puis en province.
Les Pisciacais sont fiers de leur breuvage locale fabriqué à base de l’amande qui se trouve dans les noyaux d’abricot.
Mais il mériterait comme le champagne d’être distribué dans toute la France et même à l’étranger.
Levons haut nos verres de Noyau à la santé de tous les Pisciacais.

Meissonnier à Poissy

"La Seine à Poissy"

Ernest Meissonnier, maire de Poissy pendant 17 mois est sans aucun doute infiniment plus connu comme peintre et sculpteur.
Meissonnier vécut de 1815 à 1891.
Ce fut sous Napoléon III le peintre le plus fameux et le plus cher de son temps.
Il s’installa dans la ville de Saint-Louis en 1845 dans l’Enclos de l’Abbaye.Dans une maison-château qui existe encore bien qu’elle ait brûlé en partie il y quelques années.
Il fut élu maire de la ville en 1878.
Il mourut président de l’Institut de France et grand croix de la légion d’honneur.
A la fin de son mandat, l’ancienne municipalité de Poissy grâce aux achats qu’effectua au nom de la commune, le maire-adjoint Vincent-Richard Bloch, lui consacra une exposition au CDA, avenue Blanche de Castille.
L’actuel maire de Poissy conserve en bonne place dans son bureau de l’hôtel de ville une statue réalisée par l’artiste qu’il montre à ses visiteurs.
Meissonnier se rendit célèbre comme peintre d’histoire militaire et prend place dans le mouvement de réalisme historique du second empire.
Salvador Dali était un de ses grands admirateurs .
Souhaitons que les Pisciacais puissent revoir un jour les oeuvres de l’artistes acquises par la ville.

La guerre des cafés n’aura pas lieu

le café "L'Instant"

Poissy est riche en cafés. Mais ils ne sont pas en guerre les uns contre les autres. Ils se complétent.
Il y a d’abord les cafés à la mode:  » l’Instant » (ex Saint-Laurent) , en fin de l’avenue du Cep et son voisin « l’Exit ».
On dit que l’un est plus fréquenté par l’opposition municipale et par Jacques Masdeu-Arus et l’autre par le maire et ses amis.
Les classiques ensuite qui donnent sur la place de la République et le marché « le Commerce » dont le patron le jovial Michel va bientôt passer la main et « le Mouton blanc » en face.
Ne dédaignons pas le bureau de tabac face à l’ancienne gendarmerie « le Marigny » .A l’ambiance bon enfant.
N’oublions pas le quartier de la gare avec « le Café de la Gare« , un turc et un arabe à des prix défiant toute concurrence.
Chaque quartier à ses cafés lieux de rencontre des jeunes et des moins jeunes qui sont comme le dit Balzac « le parlement du peuple »